16/06/2016

Allemagne-Pologe (0-0) : même les grands ont du vague à l'âme

but.jpgL’Allemagne tenue en échec par la Pologne. L’Angleterre au bord de l’implosion face au Pays de Galles, avant de redresser la barre de manière spectaculaire. La Russie battue par la Slovaquie. Les deux premiers sont dans le doute, les troisièmes songent à préparer leurs valises, même si rien n’est encore perdu. En tout cas, je connais des pronostiqueurs qui n’auront pas eu gain de cause avec ces groupes B et C. Ce soir, donc, la rencontre entre l’Allemagne et la Pologne s’est soldée par le premier 0-0 de cet Euro. Pas grand-chose à voir, malgré un niveau élevé, un nombre d’occasions qu’on peut aisément compter sur les doigts d’une main, et une Pologne résistante qui réalise l’exploit en arrachant le point du match nul face à l’un des grands favoris. Dans le même groupe C, l’Irlande du Nord a battu l’Ukraine 2 à 0, scellant définitivement le sort des Ukrainiens, sauf erreur premiers éliminés de la compétition. Bilan des affaires de ce groupe C : l’Allemagne et la Pologne cohabitent en tête avec chacune 4 points, suivies par l’Irlande du Nord avec 3 points. Les derniers matchs du groupe promettent.

Le schéma du groupe B n’est guère plus enviable. L’Angleterre est en tête avec 4 points, suivie par le Pays de Galles et la Slovaquie (3 points chacun, avec la même différence de buts), pendant que la Russie ferme la marche avec un seul point. Là encore, tout est ouvert. Et les grands ne sont pas à l’abri d’une mauvaise surprise. Enfin, vu le petit nombre de buts marqués lors de cet Euro, la notion de grand est on ne peut plus relative.

Seule quasi-certitude : la Mannschaft, après ce faux pas copieusement sifflé par leurs supporters, va retrouver sa dignité lors du prochain match face à l’Irlande du Nord. La Pologne (photo ci-dessous) devrait aussi se qualifier dans ce groupe, en battant une Ukraine qui doit déjà faire ses adieux. Et du côté du groupe B, l’Angleterre devrait se qualifier, et le Pays de Galles va tenter l’impossible face à la Russie pour atteindre les 8e de finale. Ah oui, j’oubliais que les quatre meilleurs troisièmes des six groupes auront aussi droit à une qualification. Décidément, les calculs sont pour une fois presque inutiles.

pologne.jpg

23:38 Publié dans Euro 2016, Football | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

15/06/2016

Roumanie-Suisse (1-1) : grâce à Mehmedi, tout espoir n'est pas perdu

butsuisse.jpgOn a espéré durant Roumanie-Suisse, on a dormi durant France-Albanie. Et cela même si les résultats des équipes dans ce groupe A ne reflètent pas tout à fait la réalité du terrain. Face à la Roumanie, la Suisse domine. Mais un penalty (discutable et mon avis est parfaitement partial) sifflé pour tirage de maillot permet aux Roumains - qui ne marquent pour l’instant que de cette manière, - via Stancu, d’ouvrir le score. Menés, les Suisses attendent le retour des vestiaires pour réagir et égalisent grâce à Mehmedi (félicité ci-dessus par ses coéquipiers) et un but superbe. Dès lors, la Nati redouble d’efforts pour en mettre un autre, mais rien n’y fait. Et le score en reste là, injuste, frustrant, nullement symptomatique du jeu déployé par une équipe suisse qui semble s’être éveillée depuis son affrontement avec l’Albanie.

De son côté, la France - laborieuse, pataude, sans inventivité - offre un piteux visage face à une Albanie étonnamment résistante. Le score reste vierge durant environ 90 minutes (et zéros tirs cadrés !), et on s’ennuie ferme, avant que Griezmann, qui piétinait sur la touche jusqu’à son entrée à la 68e, ne marque de la tête et permette aux Bleus de mener. Quelques minutes plus tard, dans la dernière minute du temps additionnel, Dimitri Payet alourdit le score, dorant son statut de nouvel héros salvateur du peuple français. François Hollande bondit de son siège, Didier Deschamps se voit déjà en finale comme en 98, et nous on commence à sortir la calculette en attendant les deux derniers matchs du groupe A, qui auront lieu dimanche soir. Les Suisses affronteront des Français déjà qualifiés, et les Roumains joueront des Albanais déjà éliminés (sauf cas extrême, s’ils terminent parmi les quatre meilleurs troisièmes des six groupes, bref…). La Roumanie battra-t-elle l’Albanie qu’on a vue ce soir ? C’est loin d’être plié, sauf si l’arbitre leur accorde une fois encore un penalty. Les Suisses seront-ils capables d’aller chercher au moins le point du match nul face aux Bleus, en supposant que Deschamps fasse jouer ses réservistes ? Objectivement, oui. Au-delà du jeu, tout cela promet un sacré suspens, même si on aurait préféré engranger les 6 points dès ce soir.

23:31 Publié dans Euro 2016, Football | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

14/06/2016

Portugal-Islande (1-1) : physiologie des petites équipes

portugal.jpgLe Portugal domine. Attaque. Ouvre le score à la 31e minute. But de Nani, qui reprend du pied droit une passe de Gomes. Le Portugal a l’avantage. En face, l’Islande, nettement plus faible, réagit mollement. Quoi, l’Islande ? Cette petite équipe qui dispute son premier Euro ? Avec des joueurs de seconde division ? Commentaires de docteurs du foot, de twittos péremptoires, d’habitués des pronostics et du rot entre deux Heineken. Rien, quoi. Et au passage, l’Islande a quand même barré la route des Pays-Bas sur le chemin de l’Euro. Une petite équipe, oui ! Retour au match. L’Islande réagit mou, donc. Rien ne se passe vraiment. Arrive la mi-temps. Retour des deux équipes. Mêmes schémas. On sommeille vaguement devant l’écran. Sauf qu’à la 50e minute, Bjarnason (photo) égalise pour l’Islande. Un but venu de nulle part. Pardon, d’une reprise de volée tout ce qu’il y a de plus nette. Le Portugal tenu en échec. Pas logique. Vexant. Mais il leur reste une quarantaine de minutes pour en marquer un deuxième. A l’assaut, donc. Les occasions sont franches, les arrêts du gardien, Halldorsson, stoppent tous les tirs. Superbe ! C’est lui, l’homme du match. Pas Ronaldo Cristiano, qui passe son temps à attendre les ballons ou à se railler des décisions du corps arbitral. In fine, on en reviendra au point de départ. Match nul, un Portugal inapte à obtenir les 3 points, une Islande pourtant largement inférieure galvanisée par un public en délire, et un groupe F tout ce qu’il y a de plus ouvert. D’autant plus que l’autre match du groupe a vu la Hongrie triompher de l’Autriche, donnée favorite, sur un score de 2 à 0. Haha!

23:15 Publié dans Euro 2016, Football | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |