08/03/2015

Albert Maysles nous a quittés

salesman.jpgCette photo montre le tournage de Salesman, édifiant et génial documentaire en noir et blanc sur le quotidien laborieux de représentants en bibles faisant du porte à porte pour vendre leurs livres. Sorti en 1969, cosigné par Charlotte Zwerin, il demeure sans doute l'un des films les plus célèbres des frères Maysles, Albert et David, qu'on peut à juste titre considérer comme les pères (avec quelques autres comme D.A. Pennebaker) de ce qu'on a appelé le cinéma direct il y a un peu plus de cinquante ans. Leur filmographie est très étendue. Ils filmèrent entre autres les Beatles, les Rolling Stones (dans le célèbre Gimme Shelter), Orson Welles et Marlon Brando.

Mais aussi Edith Ewing Bouvier Beale et sa fille, respectivement tante et cousine de Jacqueline Kennedy-Onassis, dans Grey Gardens en 1975. Titre qui renvoie à la demeure incroyable où vivaient ces deux femmes, au sein d'une végétation sauvage et entourées d'une dizaine de chats. Un film hallucinant qui fait partie des documentaires qu'il faut absolument avoir vu. Sur certaines éditions DVD, on peut même découvrir The Beales of Grey Gardens, montage d'autres rushes finalisé en 2006. David Maysles est décédé en 1987 à New York à l'âge de 55 ans. Son frère Abert Maysles l'a rejoint le 5 mars dernier. Il avait 88 ans.

maysles.jpg

21:51 Publié dans Cinéma, Hommages | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

12/01/2015

Anita Ekberg en route pour l'éternité

dolce.jpgOn ne sait trop pourquoi, certaines séquences ou répliques marquent la mémoire collective d'une empreinte si indélébile qu'elles finissent par posséder leur existence propre, indépendamment de l'oeuvre dont elles sont tirées. La séquence du bain de minuit dans la fontaine de Trevi de La Dolce Vita en fait partie. Anita Ekberg et Marcello Mastroianni y font route pour l'éternité. Derrière la caméra, Federico Fellini les dirige. Ce dernier nous a quittés en 1993. Mastroianni en 1996. Quant à Anita Ekberg, elle les a rejoints ce week end, dimanche matin, à l'âge de 83 ans.

Sur cette image, on voit le cinéaste régler l'un des plans de la fameuse séquence, qu'on suppose compliquée à mettre en boîte. Interaction avec le réel, en plein coeur de Rome, tournage de nuit, problème de température. Des planches supportant un rail pour travellings ont été posées au-dessus de l'eau. Fellini s'y tient accroupi, les mains jointes, vêtu d'un manteau et coiffé d'un chapeau (signe qu'il devait faire plutôt froid) aux côtés de trois techniciens, alors qu'on devine le gros de l'équipe technique à quelques mètres derrière eux.

Au cinéma, les photos de plateau ont ceci de particulier qu'elles ne déflorent en rien la mythologie d'une oeuvre dont elles montrent pourtant l'envers du décor. D'autant plus chez Fellini où le cinéma et sa fabrication ne cessent jamais de s'inviter dans la fiction, tels des perturbateurs aux accents pirandelliens. Et d'autant plus dans ce plan de La Dolce Vita où absolument tout fait sens. L'eau de la fontaine, le monument lui-même, la robe noire d'Anita Ekberg et, bien sûr, la pose langoureuse de cette dernière, à jamais immortelle.

21:56 Publié dans Cinéma, Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/12/2014

Luise Rainer, une légende d'Hollywood s'en va

froufrou.jpgC'est encore dans The Toy Wife (Frou-Frou) que je préférais Luise Rainer, plus que dans les deux films qui lui valurent l'Oscar de la meilleure actrice, The Great Ziegfeld de Robert Z. Leonard (1937) et The Good Earth de Sidney Franklin (1938), que je trouve personnellement pénible. La voici justement sur une photo de plateau de The Toy Wife. Sorti en 1938, réalisé par le prolifique Richard Thorpe (du moins à la MGM), le film, qui se déroule à la Nouvelle-Orléans, est un mélo par moments invraisemblable et tiré par les cheveux, mais comme toujours chez Thorpe, le spectacle est assuré et la direction d'acteurs solide. Luise Rainer n'a aucune peine à y éclipser ses partenaires, Melvyn Douglas et surtout Robert Young, et pourtant, c'est l'un des derniers titres dans lesquels elle s'illustrera.

En désaccord avec la MGM concernant le renouvellement de son contrat, elle retourne en Europe, où elle était née en 1910, à l'aube des années 40. Elle ne tournera quasiment plus. La carrière hollywoodienne de celle que certains voyaient déjà comme la nouvelle Garbo ne dura que le temps d'une poignée de films. De 1935 à 1938, Luise Rainer cristallisa les espoirs et régna sur Hollywood. Fut-elle victime des deux Oscars remportés consécutivement? C'est en tout cas une hypothèse formulée par certains historiens. Je ne la partage pas. Luise Rainer a vécu quelque temps en Suisse, au Tessin. Le festival de Locarno l'avait d'ailleurs invitée pour un hommage il y a quelques années.

Luise Rainer est décédée le 30 décembre 2014 à Londres à l'âge de 104 ans.

20:03 Publié dans Cinéma, Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |