06/11/2015

On sait à présent pourquoi l'atmosphère martienne a été détruite

mars.jpgS'approcher trop près du soleil n'est pas toujours conseillé. Il y a 4 milliards d'années, l'atmosphère martienne en a fait les frais. La planète rouge, à ce moment-là, était bleue. Sans doute un peu comme la terre. Mais les rayons du soleil et les particules éjectées par ses éruptions successives en ont eu raison, comme le suggère la vue d'artiste ci-dessus. Et ils ont petit à petit détruit l'atmosphère martienne. Ils l'ont même soufflée, pour comparer avec l'image d'une explosion qui emporte tout ce qu'il y a autour d'elle sur son passage. Les rayons solaires et ses particules ont ainsi progressivement détruit le bouclier magnétique qui protégeait Mars. Jusqu'alors, cette hypothèse prédominait pour expliquer l'absence d'atmosphère sur la planète rouge. Elle est aujourd'hui confirmée. La sonde Maven, lancée il y a deux ans et pilotée par la Nasa, est à présent en orbite autour de Mars. Et elle a pu enregistrer des données qui confortent l'hypothèse. Dont une éjection de masse et d'énergie du soleil qui établit que notre astre est bien le seul responsable de la disparition de l'atmosphère martienne et de sa transformation en un vaste désert. Grâce à ces résultats, on pourra mieux comprendre le fonctionnement atmosphérique des planètes, donc de la nôtre. Et mieux préparer l'envoi d'une mission habitée sur Mars. Mais ce n'est pas encore pour demain.

22:25 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

03/11/2015

Jupiter a-t-elle expulsé une planète inconnue hors de notre système solaire?

jupiter.jpgOn a pu le lire hier, Jupiter (vue d'artiste ci-dessus), il y a 4 milliards d'années, aurait éjecté une autre planète gazeuse hors du système solaire. Sa proximité avec la géante aurait provoqué ce phénomène d'éjection planétaire, qui survient lorsque deux planètes sont trop proches l'une de l'autre. L'une des deux, sous la force d'attraction de l'autre, aurait alors accéléré jusqu'à se libérer de l'attraction gravitationnelle provoquée par le soleil. En plus de Saturne, Uranus, Neptune et Jupiter, le système solaire abritait alors une cinquième gazeuse, hypothèse conjecturée depuis longtemps par les scientifiques. Ce sont des universitaires de Toronto qui ont découvert que Jupiter pourrait être à l'origine de l'expulsion de cette cinquième gazeuse. Actuellement, notre système solaire compte 8 planètes - Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune -, et 5 planètes naines - Cérès, Pluton, Hauméa, Makémaké et Eris. Mais ces dernières sont sans doute beaucoup plus, peut-être entre la ceinture de Kuiper et le nuage d'Oort, où on aurait repéré quelques objets transneptuniens tout à fait intéressants. Selon une autre théorie, il pourrait y avoir là-bas un objet céleste bien plus gros qui attire insensiblement des corps plus petits vers cette zone, moins vide qu'on ne le pensait. Rappelons que la sonde New Horizons, qui a récemment pris des photos stupéfiantes de Pluton, a déjà mis le cap sur la ceinture de Kuiper, dont le système plutonien fait partie. Il y aura peut-être des découvertes dans les prochains mois de sa mission. 

22:39 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

30/10/2015

Il y a de l'oxygène sur Tchouri, mais on ne sait pas trop pourquoi

tchouri.jpgIl y a de l'oxygène dans l'atmosphère de la comète Tchouri, alias 67P Tchourioumov-Guérassimenko. L'Agence Spatiale Européenne (ASE), via la sonde Rosetta, a en effet détecté du dioxygène, donc des molécules composées de deux atomes d'oxygène, en analysant les gaz libérés par le noyau de la comète. Avec la vapeur d'eau, le monoxyde et le dioxyde de carbone, il s'agit du quatrième élément le plus commun dans l'atmosphère de Tchouri. Le gros souci, car il y en a toujours un, c'est que selon les théories qui prédominent actuellement, il ne devrait pas y en avoir autant. Plusieurs scénarios ont été avancés pour tenter de savoir pourquoi. Les glaces de la comète pourraient avoir piégé le dioxygène qui se trouvait autour lors de sa formation. En ce cas, le gaz aurait environ 4 milliards d'années et remonterait ainsi avant la naissance du système solaire. Peu probable, selon les scientifiques. Autre possibilité, l'oxygène se serait formé directement sur la comète et sous l'influence des rayons du soleil. De l'eau aurait par ce biais pu être transformée en dioxygène. Mais cela devrait générer des traces d'ozone. Or il n'y en a pas. En résumé, après environ sept mois de mesures diverses pour établir que les molécules ne proviennent en tout cas pas de la sonde elle-même, les spécialistes n'ont pas vraiment d'explication. On patientera...

21:52 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |