24/09/2015

Le mystère de l'hexagone de Saturne en passe d'être expliqué

saturne.jpgDécouverte dans les années 80 sur Saturne, cette immense structure hexagonale, qui est un vaste nuage, ici (cette image a été prise en 2013 par la sonde Cassini) comparé à l'échelle de la Terre, défie les scientifiques. Peut-être plus pour longtemps. La NASA, qui l'étudie depuis plus de trente ans, vient de déceler des courants d'air au-dessus et en-dessous du nuage. Leurs perturbations, combinées à des interactions entre le courant extérieur et des flux atmosphériques moindres, pourraient expliquer sa forme et sa position. Ils en ont tiré un modèle mathématique qu'il va dès lors s'agir de mettre en relation avec d'autres modèles, histoire de savoir si cette explication est la bonne. Cet hexagone se situe dans la région polaire nord de Saturne (on le voit mieux sur l'image ci-dessous) et il s'agit en réalité d'une immense tempête, ou plus précisément d'un ouragan dont le tourbillon central est parfaitement visible. Il s'étend sur 32000 kilomètres de large et fait 100 kilomètres d'épaisseur. N'importe lequel de ces systèmes, à l'intérieur ou à l'extérieur, serait susceptible de ravager un continent entier. Ce qui nous rappelle surtout qu'il n'y a guère d'endroit où survivre dans le système solaire, à l'exception de notre planète.

Saturne2.jpg

21:56 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

19/08/2015

A la recherche de l'enfance de Jupiter

exoplanete.jpgDepuis qu'on a médiatisé la découverte d'une exoplanète fort similaire à la Terre (c'était ici dans mon blog), le terme est rentré dans le langage courant. Pas un jour ne passe sans qu'on puisse lire des dépêches attestant de l'observation (indirecte, non pas au télescope, mais déductible, pour faire simple, d'après la trajectoire qu'elles effectuent par rapport à leurs étoiles) d'autres exoplanètes. L'Union internationale d'astronomie organise même une consultation publique pour attribuer un nom à 305 d'entre elles ! Il y a deux jours, 51 Eridani b (vue d'artiste ci-dessus) faisait son apparition. Détectée grâce à l'instrument Gemini Planet Imager, basé au Chili, elle présente des caractéristiques physico-chimiques très proches de celles de Jupiter, géante gazeuse de notre système solaire. Dont semble-t-il une forte concentration de méthane. Mais elle est surtout beaucoup plus jeune, puisqu'elle ne serait apparue qu'environ 40 millions d'années après l'extinction des dinosaures chez nous. Son observation va donc permettre de mieux saisir l'évolution de Jupiter et de semblables gazeuses. 51 Eridani b se situe à 100 années-lumière de la terre (oui, très loin), sa masse vaut deux fois celle de Jupiter et sa température avoisine les 426 degrés.

18:05 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

03/08/2015

Une exoplanète tellurique "proche" de la Terre

exoplanete.jpgCelle-ci est tellurique mais probablement pas habitable. HD 219134b est même l'exoplanète tellurique la plus proche de la Terre jamais observée par un télescope spatial de la NASA. Elle se situe dans la constellation de Cassiopée, à seulement 21 années-lumière de nous. Un "seulement" très relatif. Je vous fais grâce des calculs, mais à hauteur de vaisseau spatial, il faudrait tout de même des années par milliers pour y aller. Elle orbite cependant trop près de son étoile, et en fait le tour en trois jours, ce qui rend les conditions d'habitabilité sur place à peu près nulles. Mais comme elle passe régulièrement entre son étoile et la Terre, elle occasionne de mini-éclipses (phénomène dit de transit) qui facilitent son observation et son analyse, que seules les données permettent de déduire. Je précise que comme la plupart des exoplanètes, HD 219134b n'est pas directement observable et la photo ci-dessus n'est qu'une vue d'artiste. Donc ces mini-éclipses permettront de l'étudier et d'y collecter d'autres informations. Dans la chasse aux exoplanètes, rappelons enfin que la plus proche de la Terre décelée jusqu'alors s'appelle GJ674b. Elle se trouve à 14,8 années-lumière de nous. Sa composition est totalement inconnue.

23:34 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |