18/07/2015

Et pendant ce temps, au CERN, on a fait une découverte...

penta.jpgOn en a moins parlé que de Pluton. La physique des particules aurait-elle moins bonne presse que l'astrophysique? Mardi 14 juillet, jour de fête française hexagonale, le CERN a annoncé la découverte, via son grand collisionneur de hadrons (LHC), de pentaquarks, qui pourraient ressembler à ce qu'illustre le cliché ci-dessus. En d'autres termes, d'une nouvelle catégorie de particules dont on supputait l'existence sans en avoir jamais observé. C'est en 1964 que le futur prix Nobel Murray Gell-Mann avait instauré une distinction entre deux sortes de particules, les baryons et les mésons, et formulé la théorie des quarks. Les baryons (ou hadrons fermioniques), qui comprennent les protons et les neutrons, sont formés de trois quarks. Quant aux mésons (ou hadrons bosoniques), ils sont constitués de paires quark/antiquark. Tous sont des constituants des atomes et de notre matière, mais est-il besoin de le préciser?

Donc si les quarks se combinent entre eux pour former des particules, la théorie suggère également l'existence d'autres états composites. Et notamment celle des pentaquarks (le préfixe penta, du grec, signifie 5), qui sont formés de quatre quarks et d'un antiquark. Sauf que jusque là, aucun pentaquark n'avait jamais été observé. Pour en découvrir un, les physiciens du LHC ont examiné la désintégration d'un baryon en trois autres particules. L'étude des spectres de leurs masses a ainsi révélé des états intermédiaires, dont l'un formé de cinq quarks. Bingo! Après la découverte du boson de Higgs en 2012, le CERN continue à faire des avancées spectaculaires. Le LHC arrivera-t-il bientôt à percer le secret de la matière noire? J'espère y revenir.

PS: Pour ne pas trop égarer le lecteur avec des notions de physique quantique souvent complexes, j'ai simplifié au maximum ce billet, en espérant que le sens en reste lisible.

21:38 Publié dans Physique des particules, Sciences | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

16/07/2015

Pluton se dévoile, le mystère s'épaissit

pluton.jpgLa NASA s'agite, l'équipe de New Horizons s'affaire. Sur cette photo possiblement mise en scène, on voit les responsables du projet et de la sonde face au cliché de Pluton qui a fait le tour de la planète depuis le 14 juillet. Mais il faudra environ seize mois pour que la sonde New Horizons, qui est partie pour Pluton voici neuf ans, transmette toutes les données qu'elle a collectées de la planète naine et de sa principale lune, Charon. Les premiers éléments et clichés parvenus apportent cependant tout autant de réponses que de questions. Par exemple, sur l'une des photos zoomée de Pluton, aucune trace d'impact n'apparaît dans une largeur d'environ 250 kilomètres. Le problème, c'est qu'il ne devrait y avoir que ça. Située dans la ceinture de Kuiper, Pluton est en effet régulièrement bombardée de débris. Selon certains géologues, cela s'expliquerait par le fait que Pluton est encore un astre actif, avec possibilités de séismes ou d'érosion à sa surface. Mettons... Autre "détail" troublant, la formation de montagnes, apparemment récentes, sur la planète naine, elle-même recouverte d'une croûte glacée aux pôles. Elles font autour de 3500 mètres d'altitude. Quant à Charon, on y découvre une vaste zone foncée au Pôle nord. Surnommée le Mordor (comme les ténèbres dans Le Seigneur des anneaux), elle comporte des falaises et des canyons, dont un de 10 kilomètres de profondeur. En attendant d'en savoir plus et de recevoir des données plus précises, New Horizons va continuer sa mission historique en direction de la ceinture de Kuiper, gigantesque amas de débris au-delà de l'orbite de Neptune.

17:05 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | | |

26/06/2015

Une étrange pyramide sur la surface de Mars soulève des questions

mars.jpgCe pourrait être un copier-coller du billet que j'ai rédigé hier. Sauf que non. Cette photographie a été prise (quand? je l'ignore) par Curiosity, le petit rover de la NASA chargé de scruter le sol de Mars à la recherche d'informations. On y reconnaît distinctement ce qui ressemble à une pyramide. Pour l'heure, la NASA n'a livré aucun commentaire sur le cliché. Qui a été diffusé dans une vidéo sur une chaîne appelée Paranormal Crucible. Vous devinez la suite? Pour les auteurs de ce petit montage, la pyramide n'aurait rien à voir avec un phénomène géologique classique. Et serait bel et bien un édifice construit par une intelligence extraterrestre. D'après leurs hypothèses, elle ne serait que la partie immergée d'une plus vaste structure ensevelie dans le sable. Ce qu'il faut en effet savoir - et l'échelle ne permet pas de s'en rendre compte tout à fait - c'est que si cet objet est comparable à la pyramide de Kheops, il ne fait en réalité que deux mètres de haut.

Autre hypothèse, il s'agirait d'une "pierre-repère" destinée à diriger les voyageurs dans les zones désertiques. Si on regarde de plus près le cliché, on remarque qu'il ne permet pas de voir si la pyramide possède trois côtés ou plus. Il pourrait alors s'agir tout simplement d'un dreikanter (photo ci-contre), dreikanter.pngphénomène géologique classique désignant des roches modelées par le vent de sorte qu'elles présentent trois côtés lisses et aplanis. Ce qu'il y a pour l'instant de plus bizarre dans cette affaire, c'est que la révélation de ce cliché de pyramide martienne survient quelques heures à peine après la découverte d'une mystérieuse pyramide sur la planète naine Cérès à laquelle je consacrais mon billet d'hier. Hasard, coïncidence ou intox?

16:28 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |