13/03/2015

Une galaxie peut en cacher d'autres

naines.jpgSur cette photo panoramique du firmament, on voit, outre des centaines d'étoiles, des structures un peu plus importantes et complexes, presque au centre de l'image. Il s'agit du Petit et du Grand Nuage de Magellan, qui sont ce qu'on appelle des galaxies naines. Pourquoi naines? Parce qu'elles contiennent moins d'étoiles que les autres. Soit entre quelques milliers, pour les plus petites d'entre elles, et dix milliards pour les plus grosses. Par rapport à la Voie lactée, notre galaxie et ses 400 milliards d'étoiles, cela reste peu. Publié mardi dans The Astrophysical Journal, ce cliché en révèle pourtant quelques autres. En effet, neuf galaxies naines ont été répertoriées dans le voisinage du Petit et du Grand Nuage de Magelllan. Les scientifiques ont écarquillé les yeux. Surtout que cela faisait presque dix ans qu'aucune nouvelle galaxie naine n'avait été repérée.

En découvrir autant dans une zone du ciel aussi petite est inattendu, pour ne pas dire surprenant. Ces nouvelles naines sont un million de fois moins massives que la Voie lactée et un milliard de fois moins lumineuses. La plus proche de ces naines orbite autour de la Voie lactée à une distance de 97 000 années-lumière. Résistera-t-elle à la force d'attraction de cette dernière? Sans doute pas. Tôt ou tard, elle pourrait même se faire avaler par icelle. C'est même inexorable, selon les observateurs. Pour mieux les distinguer, voici le même cliché avec l'indication de la position de six d'entre elles, signalées par un petit point de couleur.

naines2_1.jpg

Si loin, si proche.

23:39 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

12/03/2015

Formes de vie microbienne sur Encelade?

encelade.jpgVoici Encelade, l'un des deux-cents satellites naturels de Saturne. Des observations réalisées depuis 2004 par la sonde Cassini ont révélé une géométrie très complexe sur et sous sa surface. Et notamment des jets, des sortes de geysers, qui indiquent qu'il y aurait de l'eau liquide sous sa surface, elle-même composée d'une importante couche de glace ou de neige (schéma ci-dessous), épaisse d'une centaine de mètres.

lune.jpgIl neige en effet sur Encelade depuis au moins 100 millions d'années. Une étude parue dans le dernier numéro de la revue Nature s'intéresse à des données recueillies par Cassini et aux grains minéraux minuscules expulsés par les fameux geysers. Selon les chercheurs, ces grains de silice ne peuvent provenir que de cheminées hydrothermales situées au fond d'un océan d'eau liquide. Ces cheminées propulsent de l'eau chaude d'une température de 90° au moins. Ce genre de sources chaudes existent également au fond des océans terrestres. Et créent un environnement où les bactéries peuvent proliférer. Cette activité se déroulant sur Encelade depuis des millions d'années, il y a donc de fortes chances que les sources abritent elles aussi une forme de vie microbienne. De plus, ladite activité géothermique (c'est la toute première qu'on observe en dehors de la terre) explique la présence de méthane dans les nuages s'échappant du pôle sud du satellite. La présence d'eau chaude en interaction avec un fond rocheux étant un indice crédible de la présence d'organismes vivants, il ne reste plus qu'à aller vérifier sur place. Cassini terminera sa mission en 2017, mais d'autres envois sont à l'étude aux Etats-Unis, au Japon et en Europe.

20:54 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

10/03/2015

Poussières de galaxie

a.jpgObserver loin dans l'espace, c'est remonter loin dans le temps. Les relativistes comprendront. La galaxie A1689-zD1 (délimitée par un carré sur cette image) se situe à 13 milliards d'années-lumière. C'est-à-dire qu'elle s'est formée peu de temps après la naissance supposée de l'univers, estimée à 13,7 milliards d'années. Des scientifiques l'ont récemment scrutée, fixant un point de l'espace situé à environ 700 millions d'années après le Big Bang. Et ils ont constaté plusieurs choses. Et notamment que le système de A1689-zD1, qui est cent fois moins massive que la Voie lactée, est constitué d'une quantité de poussière extrêmement importante et d'éléments chimiques lourds. Tous deux sont nécessaires, voire indispensables, à la formation d'étoiles et de planètes. Ce qui suggère que cette galaxie a commencé à former des étoiles 560 millions d'années après le Big Bang. Or on sait que les premières galaxies se sont formées à partir de gaz. En clair, A1689-zD1 semble plus mature que son "jeune" âge. D'où l'étonnement des chercheurs ayant procédé à ces observations. Et la preuve que scruter l'espace ne cesse jamais de remettre en question, ou plutôt de redéfinir, les modèles théoriques astrophysiques fixés par la science.

21:58 Publié dans Astrophysique, Sciences | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |