18/05/2017

Cannes 2017: Zvyagintsev place la barre haut d'entrée

(Je ne m'attarderai ni sur les atermoiements lassants et cérébraux ni sur la construction trop complexe pour séduire du dernier Desplechin, ces Fantômes d'Ismaël qui faisaient piètre figure en ouverture cannoise, il est vrai peu servi par un duo de comédiennes médiocres, l'une toujours, Charlotte Gainsbourg, l'autre parfois, Marion Cotillard. De Desplechin, je préférais nettement ces Trois souvenirs de ma jeunesse autrement plus inspirants et découverts voici deux ans ici-même.)


cannesrusse.jpgHeureusement, l'enthousiasme s'est rapidement installé en compétition, grâce au souffle personnel du dernier film du Russe Andrei Zvyagintsev, ce Faute d'amour qui nous a un peu laissé au bord du précipice, sans même un espoir ou un personnage auquel se raccrocher. Quête d'un enfant qui a disparu, qui a fugué parce que ses parents, séparés, ni ne l'aimaient ni ne s'aimaient, et qu'il a possiblement préféré aller voir ailleurs. Le drame, anodin, se mue en enquête, plus radicale, épousant les contours d'une mise en scène où l'émotion dépasse de loin la démonstration. Un film à l'estomac, âpre et désenchanté, apparemment sans solution, à la fois lisible et flou. Et un grand film qui se profile déjà comme un sérieux candidat à la palme.


cannesWonderstruck-1.jpgOn ne pourra en dire autant du dernier Todd Haynes, Wonderstruck, qui revisite pourtant une fois de plus habilement les codes des genres hollywoodiens, sans trop chercher à positionner son récit, qui se délite au gré de son dénouement. Mais il y a un beau noir et blanc, les apparitions de Julianne Moore en fausse diva du muet - Lillian Gish dans The Wind, en l'occurrence -, des comédiens enfants qu'on se surprend à trouver supportables, et de jolis décors malgré d'inutiles fioritures narratives.


cannesbarbara.jpgCôté déstructuration, le Barbara de Mathieu Amalric joue quant à lui à la perfection la carte du portrait éclaté, soit celui de la chanteuse donnant son titre au film, jouée plus qu'incarnée par une Jeanne Balibar aux frontières de la démence. Ode à la chanson et à la fantaisie, le film ne cesse de mettre à nu les dispositifs et les rouages dont il use, jusqu'à briser toute distance entre spectacle et représentation, entre mise en scène et fiction. Nous sommes au-delà du film dans le film, les effets d'irréel et de réel se télescopent avec une grâce constamment désarmante, chaque séquence déjoue les précédentes dans une disharmonie paradoxalement cohérente d'un bout (de pied) à l'autre. Un bonheur, tout simplement.

22:35 Publié dans Cinéma, Festival de Cannes 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

16/05/2017

Ils nous ont quittés en mars et avril 2017

Avant que le tsunami cannois ne déferle sur les réseaux sociaux ou asociaux, voici comme chaque mois une liste des principaux disparus dans les domaines du cinéma et de la culture.

berry.jpeg

MARS

Lola ALBRIGHT, chanteuse et actrice américaine (20 juillet 1924 - 23 mars 2017).
Jean-Christophe AVERTY, homme de télévision et de radio français (6 août 1928 - 4 mars 2017).
Chuck BERRY, chanteur et guitariste américain (18 octobre 1926 - 18 mars 2017), photo 1.
Pierre BOUTEILLER, journaliste de radio et de télévision français (22 décembre 1934 - 10 mars 2017).
Trisha BROWN, danseuse et chorégraphe américaine (25 novembre 1936 - 18 mars 2017).
Giorgio CAPITANI, réalisateur italien (29 décembre 1927 - 25 mars 2017).
Robert DAY, réalisateur britannique (11 septembre 1922 - 17 mars 2017).
Christine KAUFMANN, actrice allemande (11 janvier 1945 - 28 mars 2017).
Andras KOVACS, réalisateur hongrois (20 juin 1925 - 11 mars 2017).
Tomas MILIAN, acteur cubain (3 mars 1933 - 22 mars 2017).
Derek WALCOTT, poète saint-lucien (23 janvier 1930 - 11 mars 2017).

demme.jpg

AVRIL

Michael BALLHAUS, directeur de la photographie allemand (5 août 1935 - 12 avril 2017).
Noël COLOMBIER, auteur-compositeur-interprète français (1932 - 14 avril 2017).
Jonathan DEMME, réalisateur américain (22 février 1944 - 26 avril 2017), photo 2.
Armand GATTI, écrivain et metteur en scène français (26 janvier 1924 - 6 avril 2017).
Lorna GRAY, actrice américaine (26 juillet 1917 - 30 avril 2017).
Peter HANSEN, acteur américain (5 décembre 1921 - 9 avril 2017).
Yvonne MONLAUR, actrice française (15 décembre 1939 - 18 avril 2017).
Erin MORAN, actrice américaine (18 octobre 1960 - 22 avril 2017).
Jacques PINOTEAU, réalisateur français (20 septembre 1923 - 6 avril 2017).

23:54 Publié dans Hommages, rétrospective mensuelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |

02/04/2017

Ils nous ont quittés en février 2017

Seijun-Suzuki-2.jpg«Je fais des films qui n’ont pas de sens et ne rapportent pas d’argent», peut-on approximativement traduire de ce sous-titre lui-même déjà transcrit du japonais. C’est lors d’une interview que Seijun Suzuki fit cette déclaration qui évidemment résume son cinéma, mais suggère aussi un malaise de plus en plus palpable dans le monde du septième art, corollaire de cette rentabilité obligée (et pas seulement en termes d’argent) que les films doivent «aujourd’hui» posséder pour exister. La plupart des titres de Suzuki sont inconnus, y compris pour les plus cinéphages d’entre nous, et seule une poignée d’entre eux est visible (par opposition, les autres demeurent invisibles ou introuvables, ce qui n’est pas du tout la même chose). Je me souviens d’avoir découvert son chef d’œuvre, Zigeunerweisen, un soir des années 80 au Musée d’art et d’histoire, qui avait alors organisé, avec le concours du consulat japonais, une série de projections gratuites, et cela sans se croire obligé de se proclamer festival. Souvenir radieux et confus, forcément. De Suzuki, je ne savais alors rien. Vu la rareté sadique des diffusions des films du maître, le temps n’a hélas guère arrangé les choses. La Nikkatsu, qui produisit la plupart d’entre eux, possède-t-elle seulement les négatifs de tous ses premiers films ? Ou, à défaut, des positifs projetables ? Son rachat en 2005 par une entreprise qui se spécialisa dans la diffusion de contenus sur mobile avant de faire faillite puis d’être rachetée par un groupe, laisse malheureusement présager du pire.

Voici la liste des principaux disparus de février dans le domaine du cinéma et de la culture.

Richard HATCH, acteur américain (21 mai 1945 – 7 février 2017).

Al JARREAU, chanteur américain (12 mars 1940 – 12 février 2017).

Inge KELLER, actrice allemande (15 décembre 1923 – 6 février 2017).

Bill PAXTON, acteur et réalisateur américain (17 mai 1955 – 25 février 2017).

Peter SKELLERN, auteur compositeur britannique (14 mars 1947 – 17 février 2017).

Pasquale SQUITIERI, réalisateur italien (27 novembre 1938 – 18 février 2017).

Seijun SUZUKI, réalisateur japonais (24 mai 1923 – 13 février 2017).

Jiro TANIGUCHI, mangaka japonais (14 août 1947 – 11 février 2017).

Tzvetan TODOROV, sémiologue français (1er mars 1939 – 7 février 2017).

Luce VIGO, critique de cinéma française (30 juin 1931 – 12 février 2017).

02:11 Publié dans Hommages, rétrospective mensuelle | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | | |