Thibaud Agoston : «Je suis un trublion»

Imprimer Pin it!

agoston.jpgFestivals annulés, déplacements limités. Pandémie et confinement ont eu raison de certains aspects de nos métiers. Sur mon blog, les interviews cash ont par la force des choses cessé de paraître ces derniers mois. Mais je me suis dit qu’il était temps de les reprendre, sous une forme plus ouverte, quitte parfois à utiliser les outils de la visioconférence. Pour l’humoriste Thibaud Agoston, ce ne fut pas nécessaire, puisqu’il est à Genève. Et comme ce jeune homme doué ne cesse de se faire un nom et une place de plus en plus conséquente dans le stand up et qu’il a en plus reçu cette année le prix SSA de l’humour 2020 du Nouveau talent, il devenait le client idéal pour une nouvelle interview cash. Dans la foulée de son portrait réalisé dans le print le mois passé, j’ai donc pris quelques minutes pour lui poser des questions plus insolites et faire le lien avec la précédente interview de ce format, qui remonte (déjà) à décembre 2019. Et si vous voulez le voir sur scène, vous n’aurez pas trop à attendre puisqu’il joue son spectacle, Homme moderne, demain soir au Caustic Comedy Club de Carouge. Son bonheur, c’est la scène, il me l’avait dit. Thibaud en est la preuve incarnée.

Ton spectacle s’appelle Homme moderne. Mais en quoi es-tu moderne ?

Je suis né en 1996. Et on est toujours le fruit de la génération à laquelle on appartient. Ce que je veux dire, c’est que dans dix ans, je ne serai plus moderne. Là où je suis né, par exemple, les questions écologiques m’ont énormément influencé. Je fais aussi partie de la première génération qui a grandi avec le net.

A contrario, en quoi n’es-tu pas moderne ?

Parce que j’utilise le mot trublion et que j’aime bien ça. Tout à l’heure, tu m’as dit que le terme était un peu démodé (il fait référence au début de l’interview / lire TdG du 4 juin) quand je t’ai dit que je me considère comme un trublion.

Le mot est un peu désuet, oui.

Alors oui, il y a pas mal de choses démodées que j’aime bien, comme la vieille poésie, le théâtre des siècles précédents.

Est-ce que tu n’as pas peur, comme tous les gens a priori timides, d’avoir un jour la grosse tête ?

J’ai toujours peur de l’avoir mais je ne suis pas du tout sûr que cela arrivera. Je me détesterais si un jour j’avais la grosse tête. Mais il ne faut pas la confondre non plus avec la fausse humilité. J’ai des facilités scéniques mais je sais rester humble. Et question timidité, je suis toujours plus à l’aise dans les grands groupes.

Comment se comporte cette nouvelle génération d’humoristes dont tu fais partie ? Vous êtes plutôt bande de potes ou chacun pour soi ?

Il n’y a pas de concurrence et nous sommes tous assez proches. Nous sommes tous dans ce milieu depuis assez longtemps. Je dirais qu’il y a une sorte de bienveillance entre nous. De la jalousie, il y en a aussi, forcément. Je dirais même que c’est normal. Mais je suis assez détendu par rapport à tout cela. De toute façon, dans le stand up, je pense qu’il y a encore un vrai public à aller chercher.

A présent, une question posée par mon précédent invité, sans savoir qu’il s’adresserait à toi. Il s’agit en l’occurrence d’Ariane Ascaride. Sa question : quel est le dernier livre que tu as lu ?

Généralement, je ne lis pas. C’était Le Dindon de Feydeau, que j’ai retrouvé ces jours dans mon armoire.

Et quelle question poses-tu à mon prochain invité ?

Préfères-tu être confiné toute ta vie au même endroit ou être obligé de te rendre chaque jour dans un nouvel endroit ?

Si je devais réaliser une web série, pour quelle raison accepterais-tu d’y jouer ?

Comme je n’ai jamais tourné, cela me ferait sortir de ma zone de confort. Et bosser pour d’autres gens, cela me ferait peur tout en étant stimulant.

A l’inverse, pour quelle raison refuserais-tu d’y jouer ?

Parce que je veux faire du stand up et qu’une série, ce n’est pas fait pour être sur le web. Mais dans le fond, ce serait plus peut-être que non, là.

 

Remerciements à Magali Girardin, qui m’a aimablement autorisé à utiliser l’une de ses photos.

Lien permanent Catégories : Interviews cash 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel